Le travail de nuit

Travailler de nuit perturbe l’horloge biologique et peut avoir des conséquences sur la santé. Si vous êtes concerné, il est important d’adapter votre sommeil et votre alimentation.

 

Quelques conseils

Repos

• Eviter d’être dérangé
• Prévenir l’entourage et couper la sonnerie de son téléphone
• Dormir dans son lit et au moins 6h d’affilée
• Utiliser des bouchons d’oreilles si nécessaire
• Faire l’obscurité
• Faire une sieste de 20 minutes en journée

Activités physiques

• Pratiquer régulièrement une activité physique de préférence en extérieur pour profiter de la lumière du jour
• Eviter le sport avant le coucher

Hygiène diététique

• Eviter les stimulants (thé, café, sodas …) 5h avant le coucher
• Eviter le grignotage et ne pas sauter de repas
• Boire de l’eau tout au long de la nuit
• S’interdire toute boisson alcoolisée
• Prévoir une collation entre 2h et 4h du matin, riche en sucres lents et en protides (pain et viande, volaille, poisson…)

Le suivi individuel des travailleurs de nuit

Les salariés qui travaillent de nuit ont depuis le 1er janvier 2017 un suivi individuel hors risques particuliers de leur état de santé. La visite d’information et de prévention initiale a lieu avant la prise de poste et doit être renouvelée tous les 2 ans.

Les examens complémentaires

Les examens complémentaires demandés par le médecin du travail sont à la charge du service de santé au travail. Cependant, dans le cadre du suivi des travailleurs de nuit, il peut prescrire, s’il le juge utile, des examens spécialisés, qui sont à la charge de l’employeur (Art. R. 4624-37 du Code du travail).

 

Un dépliant complet consacré au travail de nuit ou en horaires décalés est remis aux salariés concernés en visite dans nos centres de santé au travail. Il est également téléchargeable dans la bibliothèque de votre espace adhérent.
Connectez-vous !

publié le 12/06/2017