Les autres visites du suivi individuel

Visite à la demande

Elle peut être organisée par le médecin du travail au bénéfice du salarié, à la demande du salarié, de l’employeur ou du médecin du travail.

Visite de pré-reprise

Cette visite, qui a lieu pendant un arrêt de travail, est à l’initiative soit :

  • du salarié
  • du médecin traitant
  • du médecin conseil de l’Assurance maladie

A partir de 3 mois d’arrêt de travail (mais toujours possible pour des arrêts moins longs),elle permet au salarié de discuter avec le médecin du travail pour réfléchir à son avenir professionnel malgré le problème de santé. Elle permet d’identifier le plus précocement possible les difficultés liées à son état de santé et d’envisager les solutions possibles.

Elle n’a aucune conséquence sur l’arrêt de travail.

Le médecin du travail peut préconiser :

  • des aménagements et des adaptations du poste de travail
  • la recherche d’un reclassement
  • des formations professionnelles à organiser en vue de faciliter le reclassement ou la réorientation professionnelle.

Ces recommandations sont transmises, avec l’accord du salarié, à l’employeur ou au médecin conseil de la Caisse régionale d’Assurance Maladie, pour que tout soit mis en oeuvre en vue de favoriser le maintien en emploi.

Aucun avis d’aptitude ou d’inaptitude ne peut être délivré à l’issue de cette visite.

Si la situation est plus complexe, le médecin du travail peut aussi orienter le salarié vers la Cellule de Conseil et Prévention de Maintien en Emploi (CCPME) de l’ASTE.

Visite de reprise

Demandée par l’employeur, elle doit être effectuée par le médecin du travail dans les 8 jours à compter de la reprise du travail :

  • après un congé maternité
  • après une absence pour cause de maladie professionnelle
  • après une absence d’au moins 30 jours pour cause d’accident du travail, de maladie ou d’accident non professionnel

Elle permet d’évaluer l’aptitude du salarié à reprendre son poste. Le médecin du travail peut préconiser le maintien de l’arrêt de travail, l’aménagement, l’adaptation du poste ou le reclassement du salarié en cas d’inaptitude.

Une fiche d’aptitude est remise au salarié.